Un Campus et une ville Londres

un campus dans la forêt londonienne, l'agitation, le boulot, les études...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Mar 27 Jan - 3:18

Louise avait une grande crainte, qui était de vieillir. Non pas sur l'aspect physique, non, ça, elle s'en foutait plus ou moins, et elle avait du temps devant elle. Non, elle avait peur de ce qui était en train de lui arriver, au moment même. Elle avait peur que sa vie devienne monotone.
Et pourtant, elle n'y pouvait rien. Depuis la naissance de Nino, elle assistait tristement à la répétition, semaine après semaine, de sa propre existance, en essayant de la distraire autant qu'elle pouvait. Mais certains rituels, certaines habitudes s'étaient installées, et il était vraiment dur de s'en défaire.
Les jeudis soir, Louise avait pris l'habitude de se mettre en pyjama dès qu'elle rentrait, et de glander otute la soirée, devant la télé ou un bouquin. Généralement, elle se couchait tôt, ces soirs là.
Les mercredis soirs, elle sortait. Avec Nino sous le bras. Vers sept heures du soir, ils sortaient sans la poussette, et passaient d'abord au restaurant chinois avant de s'asseoir dans un pars, contre un tronc d'arbre.

Et ce soir, c'était mercredi. Comme d'habitude, sans réfléchir au pourquoi du comment, Louise avait acheté son riz cantonnais, son poulet au curry, et avait posé ses fesses au pied d'un grand arbre qu'ele prenait pour un chêne, mais sur lequel elle se trompait sans doute. Nino avait englouti un biberon et deux pots étranges de compte de trucs bizarres et oranges. Puis il s'était endormi, allongé sur les genoux tendus de sa mère.

Etrangement, l'air se réchauffait au fur et à mesure que la nuit tombait. Ou peut-être n'était-ce qu'une illusion. Louise était toujours posée contre son arbre, les mains sur le ventre de Nino, déjà recouvert de plusieurs couvertures de bébés. Elle avait les pensées pleines de vide, les mains pleines de doigts et les jambes pleines de fourmies. Mais tant qu'elle ne bougeait pas, elle ne les sentait pas.
Instinctivement, elle tatonna dans son sac à la recherche d'un cigarette. Elle en fumait moins, maintenant, mais aimait toujours autant ça. Et elle gardait toujours avec elle au moins deux tubes de goudrons et de dioxyde de carbone, afin de braver d'eventuelles tempêtes de triste compagne. Enfin, elle coinça alluma sa cigarette et prit sin de ne souffler la fumée qu'au dessus de sa tête, loin du visage paisible du bébé endormi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Beckett
Se tape Orlando Bloom
Se tape Orlando Bloom
avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Mer 28 Jan - 18:12

    Samuel sortait de chez les Paddington. Contrairement à Louise, son train-train quotidien le ravissait. Faire toujours la même chose, le même travail ardu, puis le métier plein temps de père, lire, dormir, se lever a cinq heures et demi pour aller faire le petit déjeuner à une famille qu'il connaissait à peine, puis passer la journée à s'occuper d'une maison de quatre étages, à servir les plats au déjeuner, comme un vrai larbin. Tout ça l'occupait, occupait son esprit, et était tellement répétitif qu'en plus de ça son esprit se berçait, comme quand on est dans un train et qu'on s'endort a cause du rythme balancé du wagon. Et ça lui allait très bien. Ça endormait la douleur, et il s'emmêlait les pinceaux dans ses divers facettes - le Samuel tel qu'il était, celui avec Nine, celui avec les Paddington, celui avec les gens autour -, ce qui l'arrangeait. Il ne voulait plus savoir, plus avoir de temps pour autre chose. A chaque fois qu'il réfléchissait, il en arrivait à la même conclusion qu'il était idiot. Mais ça ne l'aidait pas. Ça n'arrangeait pas les choses. Ce qu'il voulait, c'était juste encore un peu de temps pour faire son léger deuil. Alice était morte beaucoup moins d'un an auparavant. Sa mère aussi. C'était trop tôt, encore. Oui. Il s'excusait tout seul. C'était sa façon de survivre. Je dis bien survivre, et plus vivre, pas pour le moment. C'était comme ça qu'il se sentait. Exactement comme ça.

    Il arriva chez lui. Comme d'habitude, il n'eut pas envie d'enlever son costume de domestique d'un autre siècle. Il prit juste un paquet de cigarette, un peu d'argent pour acheter de quoi manger pour lui et des petits pots pour Nine, qui commençait un peu a avoir mal de ceux au saumon. Ce qui était compréhensible. Il jeta comme toujours un regard a son coin 'a mélancolie oubliée'. Sa guitare, sa batterie, son piano, son harmonica, son accordéon, son violon, sa flute traversière, tout les instruments du monde. Il avait tout les talents du monde. C'était la vie, bordel. Il attrapa son grand tissu noir, le noua autour de sa taille, et plaça Nine dans son dos, comme le font les mères africaines. Il le faisait souvent. D'abord parce que la petite adorait ça, ensuite parce que c'était moins encombrant, qu'il pouvait fumer sans intoxiquer sa toute petite, et que sentir son petit corps chaud contre lui lui apportait un réconfort sans égal. Ils arrivèrent au parc très vite. Samuel avec acheté un sandwich au jambon de pays dans une petite 'buvette française' (c'est du moins comment les français appelaient ça), et mordait dedans sans grande conviction. Il avait réservé les petits pots et passerait les chercher au retour.

    Nine, dans son dos, tranquille, tapait des mains de moins en moins volontairement à mesure que le sommeil la gagnait. Il aurait bien aimé dire qu'il avait le même problème mais non. Il n'avait pas dormi depuis dix mois. Ca ne le dérangeait pas. Il n'en éprouvait pas le besoin, et ça lui laissait le temps de lire tout les livres qu'il avait toujours vu lire, relire tout ceux qui lui manquaient, et même écrire parfois. Des textes, pas des lettres. Il s'était rendu compte avec un certain malaise qu'il n'avait plus personne a qui écrire, maintenant. Tout le monde était mort. Et puis quand il arriva devant le premier banc, il y vit une jeune femme peut être de l'age d'Alice avec un bébé sur les genoux. L'image le stupéfixia (vive Harry Potter), et il pilla devant Louise, la fixant de son air magnifique perçant qui donnait l'impression qu'il déshabillait, décortiquait du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Jeu 29 Jan - 2:03

La présence soudaine de Samuel ne tira même pas Louise du vide sidéral qui meublait ses pensées. De sa main droite, elle fumait, de sa main gauche, elle berçait Nino en lui carressant la main, et de sa tête, elle ne faisait rien. Elle regardait les volutes de fumée s'élever au dessus de sa tête, jusqu'aux feuilles rouges et dorées de l'arbre cintre lequel elle s'était assise. Ce n'était pas vraiment confortable, mais déjà plus que des bancs, sièges qui, au final, l'avait toujours fait chier. Déjà à l'école, ensuite, au parc. Le seul truc qui ennuyait Louise, avec lefait de s'asseoir dans l'herbe, c'était les éventuelles bestioles. Mais bon, sur le moment, elle en faisait abstraction, et ne pensait à rien d'autre quà rien.

Sans qu'elle le voulut vraiment, la main gauche de Louise ne tenait pas en place. Elle se promenait sur le petit corps de Nino, touchant son ventre gonflé par le lait, ou ses mains encore toutes rondes. Parfois, il agrippait son index dans ses rêves, et s'y accrochait comme à une bouée de survie. Louise ne le regardait pas. Elle s'était mise à penser. Que la nuit tombait. Qu'elle devrait rentrer. Qu'elle n'avait absolument pas le courage de retourner dans sa monotonie. Que donc, elle resterait ici jusqu'à épuisement, ou jusqu'à ce qu'on la renvoie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Beckett
Se tape Orlando Bloom
Se tape Orlando Bloom
avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Lun 2 Fév - 22:09



    C'était incroyable, l'immobilité de cette jeune femme. Elle devait avoir, quoi, dix neuf ans, vingt ans? Non, pas encore vingt ans. Elle était toute jeune. Ce bébé, pourtant, était le sien. Il n'avait pas ses yeux, pas son sexe, mais c'était son enfant. La forme triangulaire du nez, le menton volontaire, la malice. Même en dormant, cet enfant, c'était le sien. Il n'y avait aucun doute. Il sentit Nine tréssaillir dans son sommeil, tout contre son dos. Il sourit, un de ces pâles sourires qu'il avait depuis que Giulia la magnifique était morte. L'enfant qu'il portait lui-même contre ses reins ne lui ressemblait pas du tout, sauf les yeux. Et heureusement, il n'avait pas grand chose de sa mère non plus. Heureusement, car il se serait noyé dans le chagrin en regardant sa propre fille, sinon. Et Nine était la seule chose qui lui tenait encore un peu la tête hors de l'eau. Il avait un besoin vital d'elle comme certains auteurs et finalement la moitié de la race humaine avait besoin d'un retour à l'enfance pour retrouver l'unité utopique qu'ils avaient à cette époque là. Lui, il l'avait en face, l'enfance.

    Il n'avait bien sur pas du tout envie de parler. La parole le crispait trop, il n'avait rien d'assez interessant a dire, et de tout façon, il n'y avait rien à dire. Comme Louise avait prit la décision de rester sur son banc jusqu'à ce que mort s'en suive, il prit la décision de rester debout devant, jusqu'à ce que quelque chose arrive. Quelque chose, n'importe quoi, que le ciel lui tombe sur la tête, que le monde tourne, que les étoiles dansent, que Louise bouge, que Nine se réveille, qu'Alice résucite. N'importe quoi. Il ne bougeait pas. Juste ses cheveux, à cause du vent qui passait, faisant frissoner son corps chaud de manière imperceptible. Il n'avait pas froid. Il avait juste peur du contact. Sans qu'il s'en rende compte, en croyant même qu'il ne faisait que penser, il pensa a voix haute, sincère, lasse.


    J'ai besoin de quelque chose de grand qui me tire vers le haut.

    La seule chose qui lui fit prendre conscience qu'il avait parlé fut la petite main de Nine qui s'agitait contre la colonne vertebrale. Elle était hyper-sensible aux bruits, comme lui. Mais elle n'était pas réveillée, il aurait pu le parier. Sinon, elle aurait essayé d'attraper quelque chose, un pan de son tee-shirt ou autre. Sa petite main était juste tomber, effleurant sa peau sans buts. Samuel tourna son regard vers la gauche, la bouche entrouverte, tout d'un coup mi-gêné, mi-peu sur d'avoir vraiment prononcé cette phrase venue de nul part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Mar 3 Fév - 14:07

[Mais t'es chiant ou juste dur à la comprenette? Elle est pas assise sur un banc, elle est par terre, appuyée contre un tronc d'arbre, Dugenou!!]

L'apparition soudaine de la voix de Samuel fit sursauter Louise, mais elle se contrôla bien. En surface, presque personne n'aurait pû voir qu'elle avait eut peur, et était estée presque figée, visage toujours levé, cigarette à la main. Elle avait attendu d'expirer toute la fumée de cigarette dont elle s'était chargée avant de tourner la tête vers le jeune homme qui, elle le remarqua presque instantanément, portait un bébé dans le dos. Pour l'instant, impossible de savoir si c'était le sien, un garçon ou une fille, elle ne voyait qu'une petite main endormie.
Elle détailla le visage de Samuel sans vraiment y porter une extrême attention. Le sens de la phrase qu'il avait prononcée venait lentement à l'esprit de Louise. Elle ne comprenait que par bribes, saisissant plus les mots que l'ensemble.
Elle fronça les sourcils en tirant à nouveau sur sa cigarette, glissant les doigts de sa main gauche dans les petits poings de Nino, qu'il tenait serrés. Détendant son visage, les yeux toujours sur le visage de Samuel, elle finit par se permettre un:

Pardon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Beckett
Se tape Orlando Bloom
Se tape Orlando Bloom
avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Sam 7 Fév - 17:04



    Les lèvres de Samuel s'entrouvrirent doucement. Il cherchait quelque chose à répondre. Malheureusement, il se rendit vite compte qu'il n'y avait rien du tout à dire, ou quelque chose de trop bateau pour qu'il le dise. Samuel n'aimait pas parler, et surtout pas si c'était pour dire des trucs bateaux. Résultat, il se tut, attrapa doucement la main de Nine dans son dos, et la caressa, ayant clos ses lèvres. Ses yeux se fixèrent sur un point de l'arbre contre lequel la jeune femme était appuyée. A force de réfléchir à rien, Samuel s'était mis a rêver. Il partait dans ses limbes bordélique qui l'effrayaient lui même. Autrefois, quand ce genre de choses arrivaient, Giulia tendait le bras devant son visage éteint et claquait des doigts. 'Ne rêve pas.' Mais Giulia était morte, et Samuel avait perdu pratiquement toutes ses raisons de ne pas rêver à quelque chose d'autre de sa propre vie. Dans une traversée du désert imprévue, on a des hallucinations. C'est un peu ce qui arrivait à Samuel. Une traversée du désert imprévue. Aussi fort qu'il put, il essaya de répondre, mais la douleur le paralysa sur place. Il détestait ce genre de situation, où il se rendait compte que rien ne le rattachait. Qu'il était une coquille vide qui marchait sans penser. Il rouvrit les lèvres, pour se donner une contenance, pour essayer de sortir. Ses yeux étaient fixés dans le vide, tout secs.

    Il détestait se sentir impuissant et inutile, comme ça. La fille en face devait déjà le prendre pour un malade mental. Et après tout, on s'en foutait. Est-ce que ce n'était pas déjà à demi vrai? Mais non, non! Lui rappela son esprit engourdi. Nine. Si elle le prenait pour un malade mental elle lui retirerait Nine. Il reprit possession soudaine de ses sensations et sentit la chaleur de la petite main de sa fille tout contre sa paume. Il serra les dents. Il fallait qu'il arrête de vouloir tout laisser tomber. Pour elle, au moins, il devait se battre comme un fou. Il releva ses yeux rendus profonds par la douleur depuis ce qui lui semblait des années.


    Rien, je...J'ai pensé à haute voix, je m'en excuse.

    Formuler des phrases et avoir des sourires vides. C'était la seule chose qu'il savait très bien faire, à présent. Il lâcha délicatement la main de Nine, et sourit à la jeune femme, se forçant a fixer ses yeux verts pomme au lieu de retomber dans les tourbillons du banc. Une odeur de souffre envahissait l'air. On aurait dit l'entrée de l'enfer. Par reflexe, il dénoua le noeud de ses hanches et prit sa fille dans ses bras, lentement. Toujours endormie, elle ne semblait pas gênée le moins du monde. Il se demanda si l'odeur n'était pas dans sa tête.

    Quel age a-t-il?

    Demanda-t-il en désignant Nino du menton. Il avait hésité à demander l'age de Louise, mais il était conscient que ce n'était pas des questions forcement agréable. Il était extrêmement bien placé pour savoir ça. Il avait d'ailleurs très tôt prit le parti de ne pas répondre aux questions qu'on lui posait, quelle qu'elles soient. Il avait peur d'avoir mal. Il détestait les jugements et les préjugés. Ce genre de choses lui donnaient la nausée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Sam 7 Fév - 18:53

Le regard de Louise ne lâchait pas le visage de Samuel. Depuis la naissance de Nino, elle avait prit un peu la même habitude que lui: ouvrir les yeux, et observer, en commentant, parfois. Elle avait peur se s'enfermer dans une sorte de mutisme, surtout parce qu'elle avait peur que son fils ne parle pas. Elle continuait à lui parler, souvent, et dès qu'il s'endormait, elle se taisait.
Là, elle remarqua rapidement que le jeune homme en face d'elle semblait avoir quelques difficultés à parler. Mais il ne semblait pas pour autant être abruti, ou malade mental.
Elle songea à accepter ses excuses, puisqu'il les lui avait présentées, mais décida, elle aussi, à se taire, à ne pas dire des trucs débiles. Elle ne sourit pas, resta impassible, avant de marmonner un vague:

Euh... dix mois. Tout juste.

Elle fut heureuse que le jeune homme vit au premier coup d'oeil que Nino était un garçon. Certains se trompaient parfois, ça la rendait folle. Elle voulut retourner la question, se dit que peut-être il ne voudrait pas répondre, et que de toute façon, elle ne savait pas s'il avait une fille ou un garçon. Parce que c'était son bébé, qu'il portait, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Elle pensa que cette vision était peut-être censée la faire se sentir moins seule, elle ne fut pas convaincue pour autant. N'ajouta rien. Ne baissa pas les yeux, laissa sa cigarette se consumer toute seule.

Et toi?

La question était plus adressée au bébé qu'au jeune homme, mais elle ne voulait pas risquer de se tromper sur le sexe de l'enfant. Elle espérait qu'il comprendrait, sans beaucoup d'espoir, cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Beckett
Se tape Orlando Bloom
Se tape Orlando Bloom
avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Ven 13 Fév - 0:09



    L'odeur de souffre ne semblant pas vouloir partir d'elle même, Samuel secoua la tête, pour voir. Peut être qu'éventuellement, ça partirait, s'il arrêtait de respirer. Mais non. Il tenait Nine dans ses bras. S'il arrêtait de respirer, elle tomberait. Et ça, il ne le voulait pas. Et d'ailleurs, la si petite Nine fronçait les sourcils en jouant avec sa bouche, signes annonciateurs de son réveil prochain. Il la regarda doucement. Il attendait le moment où elle ouvrirait ses grands yeux très verts, brillant et pailletés d'or purs, si semblable à ceux d'Alice, et que son coeur subirait une déchirure de plus, comme à chaque fois, finalement, qu'il croisait son regard. Le docteur lui avait dit que cette couleur partirait sans doute avec l'age. Il faut croire que les docteurs se trompent. Il aurait à subir la douleur toute sa vie. La mécanique du coeur, sans cesse, se brisait de nouveau. Il ne parvint pas à détacher son regard du visage si pur, si beau du bébé que seule Alice pouvait avoir fabriqué dans son ventre, même si l'enfant lui ressemblait énormément aussi, et répondit donc à Louise sans la regarder.

    Je crois qu'elle aussi va avoir onze mois...

    Je crois. Il avait perdu la notion du temps. Sa bouche se crispa. Nine avait ouvert ses yeux purs, et le fixait, très adulte, très tendre. Samuel se demandait parfois si Alice n'était pas devenue Nine en mourant. Parfois, à la façon dont la petite le regardait, il avait l'impression qu'elle savait tout. Qu'elle l'aimait comme une femme. Qu'elle restait à veiller sur lui. Bien sur, la raison reprenait ses droits. Nine était un poupon, et c'était à lui de veiller sur sa si petite personne. Il passa le dos de son doigts sur la joue de l'enfant, et releva finalement ses yeux vers Louise, sans ciller.

    Elle, elle savait. Au moins ce que c'était d'être aussi jeune pour une si petite chose très grande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Ven 13 Fév - 1:20

Louise écouta à peine la réponse du jeune homme. Je crois. Elle n'entendit pas l'âge donné, ne sut pas s'il avait annoncé son âge ou celui de la petite. Je crois qu'elle [...] Louise avait entendu juste cela. Elle ne fut même pas surprise du doute qui semblait s'être emparé de Samuel. C'était normal, pour elle. Elle aussi hésitait, avant de donner l'âge de Nino. C'était normal. Elle croyait.
Inconsciemment, elle assimila que le petit bébé que serrait Samuel était une fille.

Alors que le jeune homme avait baissé le sien, Louise garda son regard sur le visage de Samuel. Il avait l'air profondément perdu, fatigué. Il avait l'air effrayé, et pourtant, totalement amoureux de sa fille. Quel âge avait-il, lui? Vingt ans, peut-être. Peut-être.
Louis émettait plus d'hypotèses qu'avant, depuis la naissance de Nino. Ca la rendait folle, de douter comme ça, mais elle n'y pouvait rien. Elle avait fini par se dire que c'était normal, qu'un maman - puisque c'était cue qu'elle était, une maman - avait des doutes en permanence.

Quand il la regarda à nouveau, Louise fut troublée. Elle ne savait pas bien ce que c'était que ce regard, mais elle ne le entait pas agressif. Nino bougea, très légèrement, seule Louise s'en apreçut. Elle garda ses petits poings dans ses grandes mains fines, et se vit contrainte de baisser les yeux.

C'est étrange, quand même.

C'était étrange. QUand même. De se retrouver là, tous les eux seuls au monde, avec pour seule attache un bébé qui, d'un sourire, d'une mimique, les ramenait presque à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Beckett
Se tape Orlando Bloom
Se tape Orlando Bloom
avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Dim 22 Fév - 2:41



    Samuel se mit a manger ses lèvres, son regard à nouveau fixé sur les yeux de sa petite fille. Elle entrouvrit la
    bouche et se mit à faire des bulles, silencieuse, observant son père. Elle avait ce don silencieux de savoir quand il
    fallait se taire, et quand il fallait agiter les mains et jouer le joli poupon. Il n'aurait su dire l'empleur de l'adoration
    qu'il ressentait pour sa fille, C'était comme ça. Il releva la tête vers Louise, ferma les paupières une fois très doucement, comme pour acquiscer sa phrase. Pour dire la vérité, il aurait plus dit beau qu'étrange. Mais il avait l'impression morbide d'avoir du sang dans la gorge qui l'étouffait, l'empêchant catégoriquement de parler. Pourtant il en était conscient, c'était de l'or en barre cette jeune femme.

    Elle aussi, elle savait.

    Il s'accroupit, s'assit sur ses talons, une position peu confortable pour le reste du monde que mystérieusement la famille Beckett avait prise en affeciton. Nine, toujours silencieuse, serrait doucement comme pour une caresse la main de son père. Elle sembla soudainement prendre conscience de la présence de Louise et Nino, et tourna son regard desespérément vert vers eux. Samuel observa sa réaction, son regard de bébé pas assez infantile pour qu'il soit tout a fait innocent fixant la mère et le fils comme un adulte. Elle semblait assez intelligente pour se rendre compte d'une opposition. Bien sur, Samuel n'était pas gaga à ce point-là. Il savait très bien qu'elle ne faisait qu'assimiler deux nouveaux éléments, complètement étrangers.

    C'était incroyable. Même cette jeune femme qui était déjà attachée à son propre enfant solitaire, quelle que soit son histoire, il en était jaloux. Jaloux que Nine puisse détacher son regard du sien pour la regarder elle. Il avait l'impression qu'il ne voyait jamais sa fille. Nine, c'était tout l'univers.


    Elle est curieuse. Elle rencontre rarement de nouvelles personnes.

    Il y eut un silence, puis il se senti obligé d'ajouter, comme s'il se présentait, comme si la politesse l'exigeait.

    Elle s'appelle Nine.

    Ce n'était pas un truc banal. Son prénom à lui, on s'en foutait. C'était pourtant important qu'on sache celui de Nine. Parce que son nom à lui avait été choisi simplement par l'humour de sa mère. Le nom de la petit avait été choisi par l'amour d'Alice. Il se tut d'ailleurs, ne prenant pas la peine de se présenter lui même, le bébé se suffisant à lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Lennon
se remet en question
se remet en question
avatar

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   Lun 2 Mar - 13:59

Louise écrasa sa cigarette en la grattant sur l'écorce de l'arbre auquel elle s'était adossée, et, sûre que le mégot était éteint, elle le mit dans la poche de son blouson.
Pour rétablir une symétrie, elle glissa aussi son index droit dans le poing fermé de Nino; ses deux mains emprisonnées dans celles de son fils, elle s'assura qu'il dormait, ou du moins qu'il somnolait otujours, et reporta son attention sur Samuel, mais surtout sur la petite.
Elle ne vit pas le jeune homme aquiescer silencieusement son affirmaton, ou elle n'y fit pas vraiment attention. Première fois, toute première fois, qu'elle rencontrait quelqu'un de plus ou moins son âge avec un enfant de plus ou moins l'âge de Nino.

Malgré tous les efforts qu'elle faisait pour essayer de ne voir en Samuel et Nine qu'un jeune père perdu avec sa fille, elle ne pouvait s'empêcher de distinguer autre chose. Elle étouffa un rire surpris et amusé lorsqu'on lui annonça le prénom de la petite. Elle voulut dire quelque chose, se tut finaement, sourire aux lèvres. Voilà, elle se sentait profondément débile de penser ça maintenant, mais elle voyait un parallélisme, une connection, qui, forcément, les raprochait, de quelque manière que cela fut. Nine et Nino. Une jeune femme avec un petit garçon, et une jeune homme avec une petite fille. Des yeux trop bleus, des peaux trop blanches, des deux côtés. C'était trop étrange pour être normal, c'était trop beau pour être ignoré.

Elle ne pensa pas à présenter ce parallélisme, se disant que, de toute façon, elle avait déjà l'air assez conne comme ça. Elle hésita, puis tut finalement le nom de son fils. Pas parce qu'elle ne voulait pas le dire, mais parce qu'elle avit plus ou moins peur de la réaction du jeune homme, en face. Et pourtant, Louise de foutait des Qu'en Dira-t-On. Mais là, mais là... Mais là rien, oui, non, en effet.

Alors c'est vraiment, définitivement, étrange. Nine et Nino.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A little less conversation, alittle more action please [ Samuel ou autres, puique tu voulais un sujet ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Un RP où y'a de l'action! >
» Petite conversation =) [PV Takeji et Ren]
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un Campus et une ville Londres :: Ville :: Oxford Street-
Sauter vers: